Traitement de lixiviats

Le ‭ ‬traitement ‭ ‬d’effluents ‭ ‬complexes ‭ ‬tels ‭ ‬que ‭ ‬les ‭ ‬lixiviats ‭ ‬de ‭ ‬centre ‭ ‬de stockage nécessite de mettre en œuvre le procédé d’osmose inverse afin de répondre aux normes de rejet strictes. Dans le cas de lixiviats stabilisés (peu biodégradables), ce procédé ne peut ni être couplé à un traitement biologique, ni être utilisé seul (perte de performances).

Bejaia : Transfert des eaux du barrage de Tichi Haf

Bejaia : Transfert des eaux du barrage de Tichi Haf

Le ministre des Ressources en eau, M. Abdelmalek Sellal, a sillonné une bonne partie de la vallée de la Soummam du matin jusqu’ en fin d’après-midi d’hier dans le cadre d’une visite d’inspection, d’évaluation de l’avancement de chantiers et autres stations, soit de pompage soit de traitement de l’eau.

Le ministre a également procédé, durant sa visite dans la wilaya de Bejaia, à la mise en service inaugurale d’installations d’AEP. C’est d’abord sur les hauteurs de l’hyper agglomération d’Ihaddaden, à Bejaia chef-lieu, que le membre du gouvernement s’est rendu dès sa descente d’avion pour la visite d’un projet dont l’échéance prévisionnelle d’achèvement total est fixée à fin décembre 2010. Le site du projet s’étend sur 80 km à partir du barrage de Tichi Haf jusqu’au réservoir de Bejaia, avec un tronçon de 13 km pour l’acheminement d’eau brute du barrage de Tichi Haf à la station de traitement et 67 km pour l’adduction d’eau traitée longeant le couloir Akbou—Sidi-Aïch¬—Bejaia.

Les deux stations de traitement de l’eau potable d’ores et déjà opérationnelles que le ministre et la « forte » délégation qui l’a accompagné ont eu à visiter tout au long de ce passage en revue des « organes » de l’eau sont celles des communes de Tamokra et d’Aït R’Zine (daïra d’Akbou).

A propos de la contribution à un taux élevé en matière de réalisation et d’installation d’équipements électro-mécaniques divers dans la concrétisation de ce gigantesque projet et grand défi qu’est le transfert des eaux du barrage de Tichi Haf, une entreprise nationale privée, une société électro-mécanique dénommée SNC Meheleb frères aura indéniablement suscité l’incontestable satisfaction du ministre des Ressources en eau et même son admiration.

Les cadres de cette entreprise dont l’efficience est avérée et vérifiable sur le terrain ont présenté à l’hôte de la vallée de la Soummam l’étude pour la réalisation d’une station amovible de potabilisation de l’eau par osmose inverse destinée à l’AEP de la commune de Feraoun (hauteurs d’Amizour), une station de traitement de l’AEP de la commune de Draâ El Gaïd (Kherrata) à partir du barrage Ighil Emda ainsi qu’une barge flottante pour l’AEP de cette même commune. La station Bouzeroual (Akbou) de pompage et de refoulement vers Bouktit (Akbou) et Sidi Ali est un chef-d’œuvre de technologie de pointe dans le domaine de l’électro-mécanique et technique, une réalisation cent pour cent algérienne (l’entreprise citée plus haut), et fonctionne avec télégestion.

L’autre station de traitement de l’eau, celle d’Aït R’zine, est la première station entièrement gérée par l’ADE (Algérienne des eaux, unité de Bejaia). Lui sont assignées diverses phases de traitement telles que la coagulation et la floculation, l’aération, le décantage, la filtration ainsi que, en phase finale, le contrôle de tous les paramètres physico-chimiques. Ainsi donc, le projet Tichi-Haf (barrage et transfert de ses eaux) dont M. Abdelmalek Sellal a dit, lors du point de presse organisé dans la foulée à la station de traitement d’Aït R’Zine, qu’ « il a été finalement réalisé mais dans des conditions extrêmement difficiles » fera enfin bénéficier très confortablement en eau potable et ce, durant plusieurs heures dans la journée (entre 6h /24 au lieu de 3 auparavant pour certaines localités, 12h/24 dans un premier temps pour Bejaia désormais et 24h/24 pour certaines autres comme la ville d’El-Kseur à partir de mercredi 21 juillet) pas moins de 715.000 habitants des vingt-trois communes situées dans le couloir Akbou—Sidi-Aïch—Bejaia. C’est là, la destination du projet, un autre défi de relevé. Avec une dotation de 200l/j par habitant à l’horizon 2025, soit 47 millions de m3/an, sans compter l’autre avantage qui est l’irrigation de quelque 9600 ha de la région d’Essahel.

Dans la commune de Oued Ghir (grande banlieue de Bejaia ), le ministre des Ressources en eau a visité un site de réservoirs d’eau (7 citernes d’une capacité de 1500 à 10.000 m3 )… Par ailleurs, le commis de l’Etat, hôte de Bejaia, a, en outre, annoncé la réalisation de deux autres stations de traitement de l’eau (Akbou et Sidi-Aïch ) durant le prochain quinquennat. Et à propos de rumeurs faisant état d’une probable augmentation du tarif de l’eau, M. Abdelmalek Sellal a apporté un démenti formel : « Non, pas du tout, pas du tout ! » a tenu à rassurer le ministre des Ressources en eau.

moudjahid